Poser un closoir de faîtage pour ventiler et étanchéifier son toit

Illustration toiture

Le closoir de faîtage est indispensable pour optimiser la ventilation et l'étanchéité de toit. Il se situe sous le faîtage ou sur l'arêtier qui sont les parties saillantes d'une toiture. Quelles sont ses caractéristiques, ses formes, ses types de pose et son prix ? En voici les grandes lignes.

Illustration
Comparez des devis gratuits
pour vos travaux de toiture
Trouvez le bon couvreur pour votre projet.
Comparez

Closoir de faîtage, les principes

Il est arrimé à l'arêtier d'un toit, ce qui nécessite la fixation des faîtières, ou directement au faîtage. Sa fonction essentielle est de participer à la ventilation des tuiles sous la ligne d’arête. 

Il s'agit de créer un courant d'air qui monte du bas du toit , le long du matériau de couverture, jusqu'à son sommet, soit la faîtière. On parle alors de lame d'air ventilée à "l’égout" et au faîtage.

Etant donné sa position au niveau des arêtiers, la partie  la plus exposée d'une maison, il contribue aussi à l'étanchéité de l'ensemble, avec plus ou moins d'options du PVC à l' aluminium. Les plus grands ennemis du recouvrement, en général, sont : la pluie, la neige, la poussière, puis les  rongeurs et les moineaux (système anti-égout).

Cet élément est indispensable pour les toitures à 2 pans et lors de la pose d'un faîtage à sec (DTU 40.21).

Comparez des couvreurs qualifiés près de chez vous

Les types de closoirs

Le closoir rigide

Le plus souvent en PVC, ils sont pré-découpés pour épouser la forme des tuiles et éviter les infiltrations d'eau et de neige. Il n'ont qu'un rôle de ventilation.

Demandez un devis gratuit pour vos travaux de toiture

Le closoir souple

Ils sont vendus  par rouleau, en polyéthylène et aluminium. Il faut des clouer ou agrafer sur la ligne faîtière  et sont munis de deux bavettes plissées. Il faut les maroufler pour qu’elles s'adaptent aux éléments de couverture. 

Les closoirs à peigne  ou anti-rongeurs

Ils sont vendus par rouleau ou  en bande et se fixent sur le liteau,  Leur particularité réside dans leur forme découpée en dents de scie verticales, laissant passer des filets d'air.  Ce dispositif appelé aussi "anti-égout" empêche  les moineaux et les rongeurs de causer des dégâts à la toiture. 

Comparez des couvreurs qualifiés près de chez vous

La pose en quelques étapes

On pose un closoir au faîtage de la toiture, mais aussi sur les arêtiers, avant la fixation des faîtières. 

Le matériau de couverture a une incidence. Une seule constante, l'installation se fait toujours à sec. Il s'agit de  :

  1.  Fixer les closoirs de faîtage ou d’arêtier en les clouant ou en les agrafant dans le sens opposé aux vents dominants.
  2. Décoller le film auto-adhésif des bavettes  et de l'appliquer régulièrement, sans laisser aucune infiltration d'air ou de poussière. Celles-ci doivent épouser, à la perfection, le relief des tuiles ou de l'ardoise.

Même si la mise en oeuvre, dans le domaine du recouvrement paraît simple, il est vivement recommandé d’avoir recours à un artisan spécialisé, soit un couvreur. Outre la technicité des travaux, il faut convenir que le vertige n'est pas de mise sur un arêtier.

Le coût à prévoir pour un closoir

Il faut compter entre 12 à 20 €, par mètre, pour un produit garanti 10 ans. Comptez 15% plus cher pour la version souple.

Fourni et posé, le prix du closoir de faîtage fait partie d'un ensemble, comprenant sa mise en oeuvre à sec avec  :

  • Tuiles faîtières,
  • Rehausse, 
  • Main d'œuvre.

Les coûts pratiqués par les professionnels sont variables en fonction des régions, de la difficulté des travaux et d'accès au chantier. Il faut compter entre 40 et 90 € du mètre linéaire, fourniture comprise.

Illustration
Comparez des couvreurs qualifiés
près de chez vous
Trouvez le bon couvreur pour votre projet.
Comparez